Envoyer à un ami |  Imprimer | Contraste | A+ | A- | A=

Artistes

Promenade irrationnelle - Philippe Ramette, Sans titre, 2015 Photographie couleur 150 x 120 cm Photo : Marc Domage © Philippe Ramette - Production CRAC LRMP

Philippe Ramette

Né(e) en 1961
à Auxerre - (Yonne)
Vit et travaille à Paris

 

L’artiste Philippe Ramette est un familier de Sète. D’abord accueilli en résidence d’artistes Villa Saint Clair en 1992, il a exposé au CRAC dès 1997. En 2011, le Centre d’art lui a consacré une grande exposition monographique privilégiant les sculptures, les installations et les dispositifs, un projet spécifique produit par le CRAC et réalisé in situ. Aujourd’hui l’exposition ...Promenades irrationnelles..., présentée du 11 mars au 29 mai 2016, réactive son travail photographique mis en sommeil depuis plusieurs années et propose un portrait de l’artiste au «fil de l’eau».

Si Philippe Ramette se définit avant tout comme un artiste sculpteur, la photographie, souvent restée confidentielle au départ, est devenue le prétexte à toutes sortes d’expériences et de mises à l’épreuve. Philippe Ramette se met en scène dans des situations improbables, expérimente et propose des points de vue décalés sur le monde.

« Ma démarche est une attitude contemplative. L’idée récurrente consiste à représenter un personnage qui porte un regard décalé sur le monde, sur la vie quotidienne. Dans mes photos, je ne vois pas d’attirance pour le vide, mais la possibilité d’acquérir un nouveau point de vue. »

C'est avec la crucifixion de sa mobylette à la Villa Arson à Nice que s'arrêtent les années de peinture de Philippe Ramette, et que commence son parcours de plasticien. Sculpteur avant tout, il crée des objets dont le propos n'est pas tant leur utilisation quotidienne que le processus de réflexion qu'ils engagent. Il produit des œuvres comme Point de vue (installation, 1989) où il s'agit d'« imaginer ce qu'on pourrait voir ». Puis il décide de mettre en scène ses sculptures dans des photographies. Il crée des objets ou des situations improbables, pourtant il n'est en aucun cas question d'illustrer l'absurde, mais plutôt de construire de manière rationnelle une image irrationnelle. Philippe Ramette se met lui-même en scène dans son costume noir, il compose l'image d'un paysage dont il fera partie de façon extravagante, et visuellement étonnante ou renversante (au sens littéral). Il en produit les prises de vue en collaboration avec le photographe Marc Domage. Ces photographies ne subissent aucune retouche ou montage, car l'artiste cherche avant tout à garder le contact avec son travail de sculpteur.

Philippe Ramette

 

> Biographie en pdf

Philippe Ramette - Promenades irrationnelles 11.03 > 29.05.2016

 

Philippe Ramette - Promenades Irrationnelles ...
Promenade irrationnelle - Philippe Ramette, Sans titre, 2015 2 photographies 150 x 120 cms - Exploration rationnelle des fonds sous marins : L'inversion et le contact, 2006 - 2 photographies couleur 150 x 120 cm - Photographie Marc Domage © Philippe Ramette

 

 

Expositions mars - mai 2016 CRAC LRMP

 

 

 

... Philippe Ramette ... Exposition monographique 08.07 > 02.10.2011

 

 

Philippe Ramette Sans titre (le funambule), 2011 Production CRAC LR

 

 

 

Interview au centre régional d'art contemporain LR à Sète - juin 2011

 

 

 

 

Exposition : Des constructeurs éclectiques I - Salle N° 1 18.01 > 13.03.2008

 

Objet à se voir regarder - Philippe Ramette
Objet à se voir regarder - Philippe Ramette

 

20. Philippe Ramette - Objet à se voir regarder, 1990 -  Oeuvre de la collection du FRAC PACA - © Copyright ADAGP 2008

 

 

 

Exposition : En dehors des cartes - Ut ur kortinu 20.01 > 02.04.2000


Philippe RAMETTE, « Espace à manipuler », 2000 - sculpture, bois et cordages - ( premier plan et en hauteur sur les murs )

 

 

En Islande, dans la première partie de l'exposition, Philippe Ramette présentait deux oeuvres : Le Balcon, photographie prise à l'horizontale et placée à la verticale. Censée matérialiser différents temps, elle est construite comme une métaphore de la vie. Le coin à culpabilité, est une sculpture de bois énoncée comme le prototype d'un mobilier urbain, ironique. Ce qui est donné à voir est la proposition d'un espace servant prendre conscience de sa propre culpabilité tout en étant son propre maître. Il s'agit ici d'une pure matérialisation de l' espace mental ou moral.
L'oeuvre, Espace à manipulation fonctionne sur ce même principe, comme une sorte de projection de manipulation mentale. Cette installation se développe sur trois niveau : un niveau au sol, matérialisé par les portiques, les balcons au mur, inaccessibles, et les cordes en constituent le lien aérien. Cette pièce à pour objectif de révéler l'envers d'un décor hypothétique.
".../... Mon travail fonctionne sur la base d'une espèce de paradoxe qui est à chaque fois cette tentative, dont moi-même je comprends le côté vain, de matérialiser un processus mental." L'intention de départ de Philippe Ramette a été d'imaginer dans notre société, une invention emblématique et anachronique puisée au registre moral qui aurait pu changer le cours de l'humanité. Le choix des matériaux bois, cordes, renforce cet aspect intemporel, ce décalage dans le temps et dans l'intention mettant en évidence l'absurdité de l'intention et de la proposition. Contrairement aux autres pièces de Philippe Ramette, la finition des objets n'est pas essentielle, l'importance est donnée à la représentation et non à l'objet terminé. Volontairement, ils ne remplissent pas les critères de fonctionnalité.
Sculpteur, et non concepteur d'objet, même si l'énoncé de toutes ses sculptures a dans leurs titres le mot objet, Philippe Ramette, "dans sa démarche, entend dégager cette cellule génératrice qu'est l' Objet ­ non pas tel objet en particulier, mais l' Objet générique, c'est-à-dire cette tonalité fondamentale de l' Objet dont le produit, la machine, l'intelligence artificielle, la technique, la marchandise, ne sont que des applications particulières. Cette dimension générique est radicalisée dans le choix des matériaux indélicats, anonymes, bruts. " (C. Jarton, C.A.P. St Fons)
La démarche de Philippe Ramette alimentée par une propension à proposer des images mentales dont la forme même pourrait changer. Ces propositions - traces d'une intention utopique - font figures d'une sorte d'extension de la pensée en prothèses de nos consciences.

Haut de page

CRAC

CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France

crac @ laregion.fr
Tel : 33 (0) 4 67 74 94 37
fax : 33 (0) 4 67 74 23 23

Horaires d’ouverture :

Ouvert  tous les jours de 12h30 à 19 h
Samedi, dimanche de 15 h à 20 h 
fermé le mardi

Le centre d'art sera fermé pendant l'accrochage de la prochaine exposition collective Tempête du Lundi 25 septembre au Vendredi 24 novembre 2017 à 18h30, jour du vernissage.

 

Invitation au CRAC de Carole Delga - mardi 18/7/2017 19h


Membre de d.c.a. association française du Développement des Centres d'Art

 

MEMBRE DU Réseau d'ARt contemporain     en Région occitanie