Envoyer à un ami |  Imprimer | Contraste | A+ | A- | A=

Artistes

Camille Abbé Sonnet

Camille Abbé Sonnet

Né(e) en 1985
à Montpellier
Vit et travaille à Montpellier

Mon travail se situe entre la mythologie personnelle et la présentation d’un nouveau personnage, pur produit de son époque. Mes fictions, ou résidus de phantasmes, me placent souvent sur un piédestal que je m’empresse de faire tomber. Une sorte de looser de talent qui tente de faire sa place parmi les grands de toutes sortes, mais qui sait que sa place actuelle est en bas de l’échelle, qui reflète les idéaux basiques de notre époque, être célèbre pour postulat et non comme conséquence. Chaque travail est un constat, sous l’apparente monstration de vantardise, se cache à chaque fois un constat d’échec et de frustration. Car c’est de cela dont il s’agit, la frustration. Nous sommes une génération frustrée. Tout a été fait, les révolutions, les expérimentations, la musique, tout est empreint de nostalgie et de récupération. Et rien n’a vraiment marché, les idéologies sont devenues utopies, les rêves sont devenus fictions. Et dans un autre sens les fictions deviennent de plus en plus réel, et la possibilité de s’échapper est de plus en plus grande. Ce qui fait d’un objet une œuvre d’art, c’est la cognition. Tout travail met donc en œuvre une forme de cognition. Dans mon travail, j’essaie de mettre en évidence certains de ces schémas mentaux. Je voudrais forcer le spectateur à voir les ficelles que je mets en place et à les manipuler, comme si un magicien dévoilait son truc et que le tour reste magique. J’aime aussi savoir que le spectateur sera comme face à un making of sans film, soit cela l’intéresse soit ça le frustre d’en savoir trop ou pas assez. L’être humain est doté d’un système cognitif complexe. La cognition joue un rôle déterminant dans l’acceptation d’une œuvre d’art en tant que telle. Je tente de mettre en évidence certains de ces liens cognitifs à travers mon travail ou bien de les mettre à l’épreuve.


La temporalité, dans son ensemble large, est pour moi générateur de sens. Que se soit le temps de monstration, ou de réalisation, ou encore la charge temporelle du lieu dans sont architecture ou dans son histoire.
Que ce soit en passant par des autoportraits fantasmés, dans lesquels je me mets en scène avec de véritables icones, ou par la monstration de dessins fictionnalisant mon futur passé d’artiste accompli, je crée un autre moi, un moi qui a tout fait ou qui essaye, un moi charismatique et ambitieux, pervers et classe, drôle et agaçant, qui donne à mon véritable statu, une ambiguïté attractive.
Mon travail se situe aux frontières de la réalité et de ce que l’on appellera « virtuel ». La société, son organisation, ses acteurs, ses bases sont réelles mais se situent de plus en plus dans un espace virtuel, une bulle que l’on considère plus comme inscrite dans la réalité plutôt que dans le réel. Mon but est d’être dans ces ponts qui lient ses mondes.
Une des problématiques centrales de mon travail porte sur la question de la perception, dans le sens de son acceptation. Le problème n’est pas de percevoir, ou bien même de ce que nous percevons, mais plutôt d’accepter d’y croire ou non. Depuis la mort de Dieu, du communisme et de toutes les utopies humanistes, on croit de moins en moins. On accepte tout. Evidement c’est une généralisation, il y a toujours et pour tout des exceptions. Et dans un autre temps les gens veulent croire en tout ce qui est inutile : les stars, les super héros…
Le système interne de l’art est une nouvelle terre d’accueil pour moi. Etre confronté à une immense liberté et une certaine restriction.Je pense qu’il est temps d’assumer ce statut au sein même du travail. Car un artiste est sensé avoir conscience de tout ce qu’entraine sa pièce.

Il y a espace d’accrochage, mais aussi temps de monstration, ainsi que le regardeur le possible commissaire, etc… cet espace est un Espace™ (espace temps de monstration).

Cet espace™ est unique, soumis aux aléas l’entourant. De part ce caractère unique, j’entends l’interpeler dans mon travail, pas constamment, mais fréquemment. Lui donner une place centrale, de sorte que, lors d’un nouvel espace™, concernant un travail précis, celui-ci devienne presque comme le constat d’une performance, celle de la monstration du précédent espace™.Cet espace™ a un rapport direct avec le regardeur, il est défini par sa présence supposée. J’aime jouer sur la mémoire de ces espaces™.

 

Parcours

2003 Baccalauréat scientifique   -  2005 Entrée aux Beaux-Arts Montpellier  -  2007 Exposition avec le collectif « INKCORPORATION » à Brousse  -  2008 Réalisation d’une fresque dans le cadre de « La Dégelée Rabelais »  -  2009 Commissaire et artiste pour l’exposition « à suivre » à La Panacée  - 2009 Obtention du DNAP avec les félicitations du jury  - 2010 Commissariat et participation à l’arc « Temps Réels » au FRACLR  - 2011 Obtention du DNSEP avec les félicitations du jury   -   Novembre 2011 Exposition « Alerte météo 2 » au MRAC de Sérignan




 

Schrödinger’s cat 2011
Schrödinger’s cat 2011

 

Schrödinger’s cat - Bois, Crayon sur papier. 2011(Street credibility/Art credibility) Huile sur toile. 2011

Street credibility / Art credibility est une toile, peinte à l’huile, d’approximativement 1m x 1,5m. C’est un autoportrait, me représentant de la taille jusqu’à la tête, torse nu, en train de me tatouer moi-même. Les tatouages ainsi réalisés représentent des œuvres d’artistes qui ont une influence sur moi. Mon statut de nouvel arrivant, dans un monde de l’art qui a déjà tant de représentants, n’impressionne personne, pas même moi. Comment se détacher de tous ceux qui occupent la place ? Comment m’affirmer moi-même quand je dois me référer à tant de monde ? Pour être crédible un diplôme ne suffit pas, il faut digérer ses prédécesseurs, montrer qu’on les a compris et assimilé. Ici je me sens obligé de me les imprimer à vie sur le corps, comme pour pouvoir prouver n’importe quand que je connais, que je maîtrise. Et à la fois, en tant que jeune artiste en devenir, je dois me définir face à mon autre domaine de création, le graffiti. En effet, la structure sociale de ce groupe est complexe, et demande d’autres références que celui de l’art contemporain. Ainsi cette notion de street credibility est essentielle dans le monde du Hip-hop. Le tatouage fait partie de cette notion, avec d’autres évidement. La street credibility fait office de diplôme dans la rue, sans elle pas de reconnaissance.


Schrödinger’s cat est un concept d’œuvre, qui peut en générer plusieurs à la manière de Teaser. Ici elle englobe Street credibility / Art credibility. Il est composé d’une caisse contenant l’autre œuvre et d’un dessin A3, encadré et accroché au mur au dessus de la caisse, reprenant l’œuvre contenue dans celle-ci et sa description conceptuelle.Ici, ce qui m’intéresse c’est de continuer à interroger le moment d’existence de mon travail, voir d’un travail en général. L’expérience du chat de Schrödinger, nous explique qu’en physique quantique, une chose peut avoir plusieurs états contradictoires au même moment, ici le chat est à la fois vivant et mort dans sa boite. Il n’y a qu’en soulevant la boite que l’on saura. Pour ma part je joue encore sur l’usage du dessin, croquis qui arrive après l’œuvre et non avant, ou bien évidement sur le fait du faire et du non faire. J’aime aussi à jouer sur un registre qui obscurcit la première étape du travail.
Je souhaitais donc montrer ce travail, ou ce qu’il deviendra après nos discussions, car il me semble proche des problématique que tu souhaite aborder. Ma place en tant qu’émergeant, ma façon de concevoir un travail, ou bien encore le simple fait de protéger une pièce dans une caisse qui sera une première pour moi. En espérant que le projet te plaise et en attendant ta réponse.

Expositions

Haut de page

CRAC

CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France

crac @ laregion.fr
Tel : 33 (0) 4 67 74 94 37
fax : 33 (0) 4 67 74 23 23

Horaires d’ouverture :

Ouvert  tous les jours de 12h30 à 19 h
Samedi, dimanche de 15 h à 20 h 
fermé le mardi

 

ATTENTION : Prochaine période de fermeture du Centre d'Art : du 18 avril au 10 juin 2017 pour le décrochage des expositions actuelles et l'accrocage de la future exposition de Jean-Michel Othoniel, qui sera inaugurée le 10 juin 2017 à 18h30.

 


Membre de d.c.a. association française du Développement des Centres d'Art

 

MEMBRE DU Réseau d'ARt contemporain     en Région occitanie


 

Lettre d'information N°27 - Février Mars 2017